Interview avec Ema Mamisu

Screen Shot 2017-04-28 at 14.58.42

vidéo disponible ici.

Bára (Ema Mamisu) : Je suis originaire de Prague, j’ai fondé cette entreprise en 2013, seule. Après un an, Petra Maskova m’a rejoint. Elle est actuellement en congé maternité. Donc je suis seule dans l’atelier pour le moment. Parfois, des assistants viennent m’épauler.

Camille : Quel est le sens de votre marque ?

Bára (Ema Mamisu) : Nous créons des produits esthétiques et pratiques. Pour moi le plus important c’est le fonctionnement. Le produit doit être pratique à utiliser. Ce doit être aussi suffisament solide pour durer dans le temps. En même temps, ils sont uniques et captivants. Lorsque les gens ont le produit dans les mains, ils ont la « joie au coeur » en les utilisant.

Camille : Quelles sont vos valeurs ?

Bára (Ema Mamisu) : À première vue, c’est la fonction du produit. Lorsque je crée quelque chose ce doit être fonctionnel au maximum. Parfois, j’y ajoute une valeur esthétique. C’est très important d’être surtout fonctionnel, au maximum.

Camille : Avez-vous des rituels pendant la création des produits ?

Bára (Ema Mamisu) : D’abord, j’ai besoin d’un espace de travail propre, avant de commencer à travailler. J’apprécie quand c’est propre au début. J’aime écouter un livre audio pendant le processus. Donc je lance un livre audio et je commence…

(Camille) Quel genre ?

Du genre détective, la plupart du temps. De temps en temps en les écoutant l’atmosphère sombre du genre prend place dans la pièce alors je compense avec des couleurs et autre tendresse que je peint sur les tasses par exemple. Je me souviens d’une fois, j’écoutais un livre sombre et inconfortable tout en peignant des petits points sur les tasses, qui étaient très petits onc il étaient très mignons par la suite. C’était le plus grand contraste qui pouvait avoir lieu dans la pièce. J’aime écouter l’auteur Maigret. Je le connais beaucoup donc seulement de temps en temps. Puis, les nouvelles histoires détectives qui sortent dans en librairie principalement scandinaves. Jo Nesbo aussi mais pas autant.

Camille : Où trouvez-vous l’inspiration ?

Bára (Ema Mamisu) : Définitivement pas les livres audio. Bien plus de tout ce qui m’entoure lorsque je vois des choses intéressantes même dans un autre domaine. Je vais à travers différents magazines, par exemple la décoration ou le design. Et de là je collecte des idées dans les formes et la décoration. Parfois la nature, mais ce n’est pas toujours la meilleure source d’inspiration pour les produits pratiques. Lorsque je crée des choses dans un four traditionnel fonctionnant au bois, oui. Je me souviens d’une fois, j’ai dessiné un vase qui ressemble à un nid de guêpes. Couleurs, structures et formes inclusent. Je n’ai pas pu le réaliser encore !

Camille : Quand avez-vous commencé votre marque ?

Bára (Ema Mamisu) : C’était aux alentours de 2012. Mon travail à cette période, ne marchait pas très bien pour moi. Relations professionnelles inclusent. L’impulsion a été mon licenciement… Donc j’ai réalisé qu’il était temps de commencer et d’arrêter de trouver des excuses.

Camille : Quelle est l’authenticité de vos produits ?

Bára (Ema Mamisu) : Notre authenticité réside dans la préparation que nous faisons au préalable. Pas que nous mixions la glaçure comme les autres. Mais nous mixons tous les éléments, nous-mêmes. Ainsi, nous mixons tout ce dont nous avons besoin. Puis nous y ajoutons d’autres choses en plus. Je pense que c’est ça qui nous rend unique. Il y a une infinie possibilités de couleurs que vous pouvez faire en céramique. Cela dépend de la glaçure que vous utilisez. Chaque glaçure est différent sur divers matériaux. Donc en combinant la glaçure et les matérieux, ça peut vous rendre spécial. Et personne ne peut mixer les mêmes couleurs. Car personne d’autre ne connaît les ingrédients. On peut ainsi garder notre originalité. Puis nous faisons les procédures. À l’exception de le mettre dans un moule, vous ne pouvez pas le copier. Parce que la majeur partie est fait à la main. Par exemple, le bol pressé avec mes doigts un produit que j’offre sur Solybox (ici)… ce bol je le presse avec mes doigts et c’est spécifique à ma taille. Puisque que tous ont différents formes de doigts. Fait par une autre personne le résultat sera différent. Après, il y a un long processus de création. et ce n’est pas évident de savoir comment le faire…

Camille : Quelle est la partie favorite dans le processus de création en céramique ?

Bára (Ema Mamisu) : Pour sûr, inventer le produit dans ma tête. Lorsque j’ai l’idée en tête et que je réfléchis à comment le compiler dans la réalité. J’aime lorsque je fais la forme principale sur le tour. C’est une procédure plutôt rapide. Rien de très créatif mais après arrive la deuxième partie. Lorsque le produit est sec j’ai besoin de le finaliser ! En y ajoutant détails et en définissant la forme finale. C’est véritablement où je commence à créer. Bien sûr lorsque j’ouvre le four et c’est prêt et je vous que ça a bien fonctionné, ça c’est la cerise sur le gâteau.

Camille : Avez-vous des artistes favoris ?

Bára (Ema Mamisu) : des artistes internationaux Lucie Rie, qui a dédié s vie entière à la céramique. Dès sa jeunesse et jusqu’à sa mort. Avec un style très intéressant. Puis des artistes tchèques, que je connais, Martin Hanus qui est autodidacte il travaille dans le sud de la Bohème et il utilise un four qui fonctionne au feu de bois. J’aime sa vision de la vie et de la céramique. Donc à chaque fois que je lui parle, c’est très inspirant. Je pense beaucoup de produits que nous créons existent grâce à lui car j’ai assisté à ses ateliers. Puis, il y a Martin Hadrava qui travaille avec lui. c’est une source de technologie curieusement.

Camille : Comment étaient les débuts ?

Bára (Ema Mamisu) : Au tout début je travaillais de chez moi. Je me rendais aux ateliers pour faire cuire les produits. Mais c’est difficile de rester comme cela longtemps. La céramique, ça fait beaucoup de poussière. Donc nous recherchions un endroit avec un budget fixe. Et nous voulions une certaines surface. Ma condition était le quartier de Letná parce que je vis ici donc je suis proche de mon lieu de travail. Nous avons fini par trouver ici, avec cette incroyable grande fenêtre. C’était clair vu notre souhait d’avoir un magasin.

Retrouvez la Boutique Solybox dédiée à l’artiste Ema Mamisu, ici.

Une de ses dernières créationsdisponible ici.

Screen Shot 2017-05-04 at 13.38.14

Leave a reply

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :